1889-1907 / L’ascension professionnelle

En septembre 1889, alors qu’il est âgé de seulement 16 ans, mais impatient de vivre de sa passion pour les bateaux, Thomas Andrews quitte l’école pour commencer à travailler chez Harland & Wolff en qualité d’apprenti. Pour lui offrir la garantie d’un emploi stable à la fin de son apprentissage, ses parents versent à l’entreprise la somme de 100 £ (21 000 £ actuelles, soit environ 32 000 €). Pour se faire une idée de l’importance de cette somme, il suffit de penser que les ouvriers les plus qualifiés de Harland & Wolff touchent seulement 5 £ par semaine, ce qui est bien payé…

Malgré son lien de parenté avec le président de la société, le jeune Thomas ne bénéficie d’aucun favoritisme et doit faire ses preuves avant de gravir les échelons de la hiérarchie. Comme apprenti, il touche donc à tous les secteurs de la construction navale, ce qui lui permet d’acquérir de vastes connaissances. Ainsi, il travaille trois mois comme assembleur, un mois comme ébéniste, deux dans les entrepôts et cinq mois comme ouvrier constructeur. Ensuite, il passe encore deux mois à la fabrication de moules pour différentes pièces, deux avec les peintres, huit à la fabrication du métal, six avec les monteurs d’équipements, trois avec les dessinateurs et finalement huit avec les forgerons. Enfin, il passe les derniers dix-huit mois de son apprentissage avec les architectes, dans les bureaux de conception.
-

Portraits de Thomas Andrews à des âges différents
Perfectionniste dans l’âme, Thomas Andrews travaille extrêmement dur au cours des longs mois de son apprentissage, ce qui lui vaudra plus tard la reconnaissance et le respect de ses confrères, ainsi que ceux des employés placés sous son autorité. Mais pour l’heure, il fait preuve d’une extraordinaire motivation, toujours prêt à donner de son temps et à rendre service, ce qui lui permet d’élargir chaque jour son horizon professionnel.

De plus, il continue très certainement à suivre des cours du soir à l’université pendant toute cette période, afin d’étudier les matières indispensables à l’exercice de sa future profession, notamment le dessin et les mathématiques.


Photographie de Thomas Andrews avec d’autres ouvriers
de Harland & Wolff (le deuxième en partant de la droite)


L’une des salles de dessins où furent
notamment dressés les plans du Titanic

A force de travail, il est finalement nommé directeur des travaux de construction en 1901. La même année, il est officiellement établi dans ses fonctions en devenant membre de l’Institution of Naval Architects, honneur particulièrement remarquable (et remarqué) pour un jeune homme de tout juste 28 ans…

C’est aussi à ce moment-là qu’il commence à se fait connaître en supervisant les réparations du paquebot Suevic, de la White Star Line, mais surtout en travaillant à la construction des Big Four de la compagnie : le Celtic, le Cedric, le Baltic et l’Adriatic.

A cette époque, il a déjà acquis une belle carrure physique et mesure environ 1,80 mètre. Une anecdote raconte que lorsqu’un jour, sur un chantier, un rivet rouge et brûlant tombe en frôlant sa tête depuis un échafaudage, il se contente de donner un coup de pied dedans en riant. Mais il développe également une grande réputation d’intégrité, comme en témoignera par la suite l’un de ses collaborateurs : « S’il n’était pas suffisamment documenté, il était très difficile de le convaincre de quelque chose. »

2 commentaires:

Sha're a dit…

En touchant à tous les métiers, il a pu développer une solide expérience et plus tard en tant qu'architecte naval mieux comprendre ses employés et leur travail.
Penses-tu que les études d'architecture sont bien plus difficiles aujourd'hui qu'à son époque ?

Anonyme a dit…

au moins en faisant tout ce qu'il à fait avant de devenir architecte, il à pu se "diversifier". pas seulement penser aux plans et aux dessins, c'est pour cela qu'il avait pensé à tout, et et en plus, perfectioniste dans l'ame, il etait tout le temps en train de noter dans son calepin tout ce qu'il pourrait améliorer par la suite, lors de la croisière sur le titanic!
cet homme mérite vraiment un immense respect!